Meuporg

Le journal satirique du jeu vidéo

Hystérie collective autour de la sortie de World of Warcraft

world of warcraft wow meurporg journal jeux video satirique

L’attente de la nouvelle extension de World of Warcratf (WoW) classic rendent les joueurs fous, certains auraient même menacé les développeurs pour pouvoir accéder plus rapidement à la nouvelle version de World of Warcraft. Tandis que d’autres attendaient patiemment pendant plusieurs semaines la sortie du jeu, afin de pouvoir jouer à la sortie de cette nouvelle version.

Blizzard remet au goût du jour WoW en réinterprétant son jeu le plus cher, en faisant une nouvelle version World of Warcraft Classic. C’est une restitution fidèle du jeu à sa création : les mécaniques de combat, la difficulté ainsi que les modèles des personnages et l’arbre de compétences sont remis comme ils l’étaient à la sortie initiale du jeu en 2009, ce qui enthousiasme beaucoup de joueurs nostalgiques, ainsi les nouveaux joueurs, qui n’ont pas connu ces versions. La version classic de World of Warcraft sort le 27 août 2019, beaucoup de joueurs attendent avec impatience cette nouvelle mise à jour, extension, qui arrive régulièrement :

« J’ai participé à la beta et franchement je peux vous dire que vous n’êtes pas prêt face à ce qui va sortir dans quelques mois » – Canlozik25

« Je joue à World of Warcraft depuis sa sortie et j’attends avec impatience la sortie de la nouvelle extension, j’ai même repris un abonnement juste pour jouer à la version classique. » – Chaussette_marsient

« Je suis un nouveau joueur et d’après ce que m’ont dit certains autres joueurs de la guilde, cette version s’annonce super bien » – Killer_du_71

« Même si WoW classic a l’air très bien, le développement ne va pas assez vite, ils doivent juste reprendre les anciens fichiers et les remettre sur le jeu non ? Ce n’est pas super compliqué à faire. » – Kikoo_063_

Un jeu vidéo PC très attendu pour 2019, mais peut-être un peu trop

Cependant tout les joueurs ne sont pas aussi positifs ou n’attendent pas calmement la sortie du jeu. Un matin, alors que certains employés triaient les courriers afin de le donner aux différents services dans l’entreprise. Ils ont eu la surprise de découvrir que certaines lettres contenaient des menaces adressées aux développeurs, graphiques et autres personnes concernées par le développement de WoW classic et de la nouvelle extension.

Cette affaire est très vite remontée dans les hautes sphères de Blizzard et s’est propagée dans tous les l’établissements, que ce soit en Amérique, en Europe ou en Asie. Suite à un article sur leur site web, les directeurs de la firme Blizzard auraient affirmé recevoir les lettres et des mails de menaces pour que le jeu sorte immédiatement, soit en mai, alors qu’ils n’avaient pas fini de tester la version bêta et qu’ils devaient encore faire des corrections pour satisfaire l’ensemble des joueurs un minimum. Même en recevant beaucoup ce genre de mails et de lettres, pour baisser les prix des abonnements, qui sont beaucoup trop cher à leur goût, ou encore pour rendre des montures ou des mascottes plus facile à avoir, toute l’équipe travaillant sur World of Warcraft a été choquée par les propos tenus dans les centaines de mails reçus, allant jusqu’à la menace de mort des développeurs jugés trop “lents”, “incompétents”, “fainéants”, “incapables”.

Mise en accusation de 5106 joueurs

Face à cela, la firme mondiale a décidé de mener l’affaire en justice. Les expéditeurs n’ayant pas couvert leur adresse IP, ils ont été faciles à retrouver et appréhender par les forces de l’ordre. Suite à leur mise en examen, les personnes ont avoué avoir menacé Blizzard pour la sortie de WoW classic, certains étant des joueurs, sérieux dans leurs propos, d’autres voulant juste “s’amuser” et ne connaissant pas du tout le jeu en question. Les raisons sont très diverses et variées, mais les faits restent là et certaines personnes ont été choquées à vie par ces menaces qui semblaient innocentes pour la plupart des expéditeurs. Cette nouvelle a bouleversé le monde du jeu vidéo qui n’est désormais plus sûr pour les créateurs, car maintenant les gens n’ont plus la patience d’attendre un bon jeu, ils passent tout de suite aux menaces de mort, racistes, antisémites, homophobes, parfois sexistes, s’ils n’ont pas ce qu’ils veulent.

La sentence s’est déroulée 25 août 2019 à New York, c’est en tout 5106 personnes qui sont passées derrière la barre suite à cela. L’affaire a duré 2 à 3 mois afin de faire passer toutes les prévenus, les sentences variant d’une personne à une autre suivant les motifs de cet envoi. Les peines infligées aux coupables vont de 4 mois de prison et 1500$ d’amende pour le dédommagement de l’entreprise à 2 ans de prison et 5000$ d’amende.

Frénésie immature des joueurs

Suite à cette affaire, de nouvelles personnes ont surgi ne laissant pas de repos à la boîte Blizzard. Ces personnes ont, cette fois-ci, essayé de hacker le réseau de l’entreprise, afin d’avoir des informations sur le jeu plus rapidement et éventuellement essayer de faire fuiter des informations. Les directeurs s’inquiètent véritablement de l’avenir de la société quand ils voient ce que certaines personnes essayent de faire, juste en attendant leur jeu préféré. Les hackers ont lancé des attaques durant plusieurs jours. Heureusement, les sécurités du réseau ont été mises à rude épreuve avec toutes ses attaques. Or, les hackeurs restent à ce jour introuvables et intraçables. Les attaques se sont arrêtées peu de temps après les premières attaques et ont repris le jour où World of Warcraft classic est sortie en essayant de passer outre la file d’attente mise en place par Blizzard pour accéder au jeu afin d’éviter l’afflux des joueurs trop important sur les serveurs.

La société, afin d’éviter de nouvelles attaques de cette ampleur, ont décidé de donner des nouvelles régulièrement du jeu, ce qui pourrait apaiser les joueurs et les faire patienter en attendant la prochaine extension.

Cependant, ils n’ont toujours pas réussi à part certains joueurs qui sont toujours introuvables. Ils sont sûrement en train de s’amuser encore sur WoW Classic, l’enquête est toujours en cours aujourd’hui.

Déborah Bude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *