Meuporg

Le journal satirique du jeu vidéo

Gilet Jaune Simulator

gilet jaune simulator meuporg journal satirique jeux video

Vous ne l’attendiez pas ? Ils l’ont quand même fait ! Ce jeudi le compte Twitter de la CGT (Confédération Générale du Travail) a annoncé son partenariat avec un studio de jeux vidéo indépendant pour le développement d’un jeu sur le mouvement gilet jaune pour avril 2020.

Historique

Le mouvement est né en octobre 2018 suite aux augmentations de carburant. Il consiste à manifester tous les samedis en bloquant les routes, les rues, les ronds-points… Les manifestants sont reconnaissables à leur tenue, ils sont vêtus d’un gilet jaune et portent parfois une bière à la main.

Le principe du jeu 

         D’après les premiers trailers montrés aux joueurs, le jeu semble être une guerre de territoire. Il vous faudra choisir un camp entre les forces de l’ordre et les gilets jaunes. L’objectif est simple, il faut conquérir Paris ! Devenez gilets jaunes, remportez la victoire et vous aurez la démission d’Emmanuel Macron. À l’opposé, rejoignez les forces de l’ordre, soumettez et repoussez les manifestants afin d’arrêter le mouvement et les forcer à retourner travailler. S’ils n’ont pas de travail, accompagnez-les à l’autre bout de la rue…

Côté gilets jaunes 

gilet jaune simulator meuporg journal satirique jeux video

         Les joueurs pourront créer leur propre manifestant grâce à une création de personnage très complète. Du sac banane à la casquette Ricard vous aurez l’embarras du choix. Débutez en tant que simple manifestant et progressez pour devenir chef de groupe, porte-parole puis obtenez un rôle décisif au sein de la CGT auprès de Philippe Martinez. Profitez d’une expérience fidèle grâce à des éléments de personnalisation très poussés tels que des panneaux « Macron Démission », « Mort aux vaches » ou encore des musiques aujourd’hui devenues des hymnes du mouvement comme gilet jaune de Kopp Johnson, la parodie CRS contre gilet jaune de Hugo et Moussier Tombola ou encore la très récente parodie macron gilets jaune de LA CAGOULE. Enfin vous pourrez laisser parler votre créativité en faisant des tags personnalisés dans les rues de la capitale.

 Côté force de l’ordre 

         À l’instar du camp adverse, vous pourrez créer votre personnage et grimper les échelons. Commencez agent de la BAC (brigade anti-criminalité), devenez gendarme puis équipez vous de flashball et d’un bouclier anti-émeute pour être CRS. Choisissez ensuite votre façon de faire régner la paix, respectez les règles et rapprochez-vous de la garde personnelle d’Emmanuel Macron ou bien jouez à la Alexandre Benalla et risquez de perdre vos troupes pour une conquête plus rapide. Comme pour les gilets jaunes, personnalisez votre agent, casque intégral, brassard coloré et autres cosmétiques. Côté musique, vous aurez droit à la tactique du gendarme de Bourvil, à la musique du flic de Beverly Hills ou encore les génériques des meilleures séries policières françaises !

Des modes de jeu incroyables

gilet jaune simulator meuporg journal satirique jeux video

         En ce qui concerne le gameplay, pour conquérir Paris, vous aurez droit à différents modes de jeu à commencer par la prise/défense de ronds-points, lieux emblématiques des manifestations. Semez le chaos avec des missions de casse, de crevage de pneu ou de lancer de cailloux côté gilets jaunes. Empêchez les gilets jaunes de se rassembler avec des sabotages de barbecue et des vols d’alcool côté forces de l’ordre. Revivez les plus grandes batailles du mouvement sur des places mythiques tels que la place du Trocadéro ou l’avenue des Champs-Élysées. Derrière leur écran de PC ou leur manette, les joueurs pourront prendre part à ces confrontations palpitantes.

Qu’en pensent les jeunes ? 

         Adolescents comme jeunes adultes n’ont pas l’air d’être intéressés par le jeu. Nous avons donc essayé d’interviewer quelques personnes sur le sujet. Nous avons rencontré Jean-Thimothé et nous lui avons demandé ce qu’il pensait du jeu : « Alors moi j’en ai rien à fo***e, par contre c’est vrai que les armes vont être interdites dans fortnite ? Il est vraiment c*n ce Trump ». Jean-Thimothé fait surement référence à l’un de nos articles disponible dans la rubrique article de notre site. Nous avons aussi rencontré Pétunia, étudiante en lettres : « Non mais ok boomer (expression utilisé par les d’jeuns), ya des forêts qui brûlent et toi tu me parles de gilets jaunes, non mais allo quoi, moi je manifeste pour la paix dans le monde, pour la nature, la légalisation du cannabis, le droit des femmes et le véganisme. Non mais sérieusement ya des problèmes plus grave dans la vie que les gilets jaunes, non mais sors de ta bulle sale mâle blanc cisgenre carniste privilégié, c’est bon tu m’as saoulée ». Suite à cette agression qui nous échappe, nous en avons conclu que ce jeu n’est pas la préoccupation principale des jeunes.

Un jeu pour frustrés

            Chez la rédaction nous nous sommes posé la question suivante : « Quelle est la cible de ce jeu ? » et nous l’avons trouvée. Après avoir interrogé deux bonnes demi-douzaines de passants, nous avons compris que ce jeu était destiné aux gens avec très peu de courage ou frustrés. En effet, n’ayant pas le courage de prendre part aux manifestations, les partisans du mouvement se défouleront sur les forces de l’ordre dans le jeu et les réfractaires au mouvement. À l’inverse les gens travaillant pour les forces de l’ordre pourront se venger de ceux qui pourrissent leurs journées. Ils pourront se défouler légalement sur eux sans risquer leur carrière.

Des DLC déjà en prévision 

     Les DLC ne sont pas les produits à date limite de consommation mais bien du contenu téléchargeable supplémentaire (DownLoadable Content). On parle déjà d’ajout de grandes villes comme Bordeaux, Marseille ou encore Tourcoing. Certains message sur des forums fiables comme jeuxvideo.com parlent aussi d’ajout de motifs de manifestation. Après les gilets jaunes, le jeu pourrait accueillir la manif pour tous ou les très récents mouvements de grève suite à la réforme des retraites. Le but serait de s’amuser à, selon les dires de AntiBoboGauchiasse87 sur Twitter, « faire ch**r le monde en enlevant les trains et empêcher les gens honnêtes de bosser ». Propos controversés par des militants qui ont souvent la même réponse : « on fait ça pour ton avenir petit c*n ».

Succès ou flop 

       Nous ne sommes pas en mesure de vous dire si le jeu plaira ou non. Le jeu semble plus que controversé et sera le sujet de nombreux débats dans les jours à venir et notamment sur BFM TV. Tout ce que l’on peut vous dire c’est qu’ici à la rédaction, on ne l’achètera sûrement pas

Nicolas Tessier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *